Le pays est dans une période de transition, estime le président sortant de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry. Maurice a fait beaucoup de chemin depuis son accession à l’indépendance il y a un demi-siècle, reconnaît Azim Currimjee. Et se projette aujourd’hui pour intégrer la classe des pays à hauts revenus. L’objectif doit être de doubler la croissance durant les prochains dix ans, estime-t-il.

Azim Currimjee s’exprimait à l’issue de l’assemblée générale de la Chambre de commerce, ce jeudi 29 mars. Sunil Bholah a, de son côté, souligné la «collaboration étroite» entre le ministère des Entreprises et des Coopératives, dont il a la charge, et la MCCI. Elle porte notamment sur la plateforme Creative Mauritius, qui permet aux petites et moyennes entreprises de faire des ventes en ligne ; le plan de SME Mauritius pour encourager l’adoption du code barre, et la formation à travers la MCCI Business School.

Vishnu Lutchmeenaraidoo, ministre des Affaires étrangères, estime que «le secteur privé ne peut plus se cantonner à ce caillou» qu’est Maurice. Mais doit «s’ouvrir vers l’étranger». Et de souligner les efforts du gouvernement pour offrir davantage d’opportunités aux opérateurs. Le premier accord de libre-échange qui sera signé avec la Chine ainsi que le Comprehensive Economic Cooperation and Partnership Agreement en discussion avec l’Inde y participent, fait-il comprendre. Ces deux marchés comprenant à eux seuls 2,7 milliards de consommateurs. Sans compter l’accord trilatéral COMESA-SADC-EAC qui ouvrira les portes d’un marché de 600 millions de consommateurs sur le continent africain.

Marday Venkatasamy a été élu à la présidence pour la période 2018-2019.