C’est un Renganaden Padayachy pragmatique qui s’est exprimé ce mardi 16 juin sur les perspectives économiques pour cette année 2015. « Il ne faut pas espérer de miracle économique », prévient-il.

En cause ? Un taux d’investissement insatisfaisant. Par conséquent, il n’y aura pas de rebond suffisant qui permettrait de redémarrer des projets existants. A l’exemple des smart cities annoncées par le gouvernement qui, selon le Manager de la division Economic Analysis and Industry de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI), ne contribueront pas considérablement à la croissance économique dans un futur proche. Leur réalisation s’inscrivant plutôt dans le long terme, explique Renganaden Padayachy.

Le secteur de la construction, poursuit-il, est « dans le rouge ». Parce que « les gros projets d’infrastructures publics sont arrivés à termes ». Et que les opérateurs privés ne peuvent investir avec une amplitude similaire à celle des projets publics.

Bonne nouvelle cependant pour les chercheurs d’emplois. Selon le rapport Perspectives économiques 2015, le taux de chômage « va continuer à baisser à Maurice pour atteindre 7,5% en 2015 ».

Une amélioration est aussi prévue dans les secteurs manufacturier, commercial, financier et touristique, avec des prévisions de 3% pour les deux premiers, de 5% pour le troisième et de 5,5% pour le dernier. Si le secteur manufacturier présente le plus fort potentiel productif et peut voir des changements technologiques rapides, c’est toutefois le secteur des TIC qui démontrerait la plus forte croissance (7%).

La MCCI prévoit également une progression du PIB de 3,7%, en-dessous des 5,3% annoncés par le ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo lors de son discours budgétaire.

Photo : Hélène Echevin, présidente de la MCCI, assistait également à la présentation de ce matin.