La communauté des lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) investit pour la première fois Port-Louis. C’est, en effet, au Caudan Waterfront aujourd’hui que s’est tenue la marche annuelle des fiertés. Un geste symbolique fort, déclare le Collectif Arc-en-ciel (CAEC), nécessaire pour mieux faire passer le message central de cet événement. Soit le respect des droits de la communauté LGBT et des lois existantes censées les protéger contre les discriminations et les agressions.

Le Collectif, indique Pauline Verner, son chargée de plaidoyer, a eu connaissance de menaces à la veille de la parade. La parade s’est heureusement déroulée sans incident, dans une ambiance festive rythmée par la techno, les coups de sifflet et les cris revendicatifs des manifestants. La police de Quatre-Bornes et du port ont été d’un grand soutien dans l’organisation de cette édition 2016, souligne Pauline Verner qui met en avant la diversité des opinions tant que cela se fait dans le respect mutuel.

Point sur lequel Nicolas Ritter la rejoint. Le directeur exécutif de Pils note, pour sa part, que la sensibilisation par rapport au Vih-sida doit se poursuivre.

Notant la présence d’une poignée de personnes avec pancartes et tracts homophobes à l’entrée du tunnel du Caudan, Kunal Naik, chargé de plaidoyer du Collectif Urgence Toxida souhaite, pour sa part, un vrai débat sur les questions touchant à la communauté LGBT ainsi que la révision de certaines lois archaïques.

Cette année, la marche des fiertés a multiplié les activités. Outre les stands des divers partenaires du CAEC où s’informer, se faire dépister mais aussi s’amuser à travers des jeux, les groupes Flashback et Crossbreed Supersoul étaient en concert durant l’après-midi à l’Observatoire du Caudan. La fête se poursuit ce soir au Shout, à Flic-en-Flac, partir de 22h.