Les urnes ont parlé. La majorité des travailleurs du secteur sucrier se sont prononcés largement en faveur d’une grève. Le décompte du « votman »  qui a eu lieu, en début de semaine auprès des laboureurs, s’est déroulé ce matin au siège du ministère du Travail. « 61% des travailleurs concernés par le litige » ont dit « oui » à cette action syndicale, a indiqué le Permanent Secretary au ministère du Travail.

Le litige qui oppose le Joint Negotiating Panel (JNP), qui regroupe différentes centrales syndicales, et la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA), porte sur le taux à appliquer pour une augmentation des salaires des artisans et laboureurs de ce secteur.

Dans un communiqué émis hier, la MSPA fait savoir qu’elle reste ouverte au « dialogue (…) en vue de trouver une solution équitable ». Dans cette optique, les producteurs sucriers ont agréé à un « exercice de conciliation et de médiation sous l’égide du ministre » du Travail. Et souhaitent pouvoir discuter aussi des conditions de travail.

Le JNP est, de prime abord, favorable à cette rencontre. Toutefois, indique Serge Jauffret, président du JNP et de la Union of Artisans of the Sugar Industry, il n’y aura pas de discussion sur des sujets autres que celui de la hausse salariale.

Les deux parties devraient se rencontrer demain, à 14h30, pour trouver un accord sur « les termes des ‘minimum services’ » à être assurés durant la grève. Celle-ci devrait démarrer le 12 novembre prochain pour les artisans, qui se sont exprimés la semaine dernière, et le 17 en ce qui concerne les laboureurs.