Il a été un témoin privilégié de la transformation de Port-Louis. Répertorié sur les cartes françaises dès 1789, ce qui reste de l’ancien Atelier du Génie où des ingénieurs de la trempe de Lislet Geoffroy ont travaillé est aujourd’hui menacé par les travaux liés au Metro Express. Inspirée de l’architecture des hôtels particuliers parisiens, cette bâtisse qui permettait d’accéder à la plage et au bassin du Caudan est désormais un véritable dépotoir, ayant été laissé en pâture aux marchands ambulants évincés de la rue John Kennedy.

Nommé Caserne Decaen en l’honneur du dernier gouverneur français de l’archipel des Mascareignes, Charles Mathieu Isidore Decaen, celui-là même qui a déposé les armes devant les Anglais lors de la prise de l’Isle de France en décembre 1810, le site avait été utilisé pendant un long moment par la Central Water Authority. Si ce ne sont pas des multipliants qui font céder les pierres de taille, des voleurs s’y mettent aussi de la partie. Des pierres de soutènement ont disparu, alors qu’une colonne gît désormais au sol.

Caché de l’autoroute par de grands arbres, ce vestige devrait faire les frais du réaménagement de la gare Victoria. Des amoureux du patrimoine ont maintes fois réclamé qu’il soit classé monument historique, en pure perte. L’ancien quartier général du Parti travailliste se trouve à proximité, lequel avait rebaptisé le square de l’Artillerie en square Guy Rozemont, mais il n’a rien fait non plus pour sauver ce site qui figure dans l’inventaire dressé par Lislet Geoffroy et qui a été transmis par le gouvernement français au gouvernement anglais lors de la prise de l’Isle de France.

L’inventaire indique que l’Atelier du Génie se concentrait sur l’étude et la conservation des cartes. C’est également à cet endroit qu’étaient inscrits les détails des navires mouillant en rade de Port-Louis. La plage du Caudan, où l’ont pouvait accéder à travers une porte-cochère unique en son genre, se trouvait alors juste devant ses murs. La direction de l’artillerie et les logements des gardes de l’artillerie s’y trouvaient, d’où sans doute la désignation des lieux comme une «caserne».

Le site aurait été remis à un consortium pour en faire un supermarché et des places de parking. Le dessin d’artiste est visible sur le site de l’Architects Studio. Il ne restera de la caserne que le nom du Flyover Decaen, finalement inauguré ce mercredi 28 novembre.

 

La Caserne Decaen a été livrée aux marchands ambulants

 

L’entrée de l’Atelier du Génie donnait auparavant sur la plage du Caudan

 

Des voleurs de pierres de taille sont déjà à l’oeuvre

 

Le site où a travaillé Lislet Geoffroy a été transformé en un véritable dépotoir

 

La saleté s’amasse devant l’entrée des anciens bureaux de la CWA

 

Rien de devrait rester de l’ancien Atelier du Génie

 

Les pierres de soutènement disparaissent peu à peu

 

Engineer Street changera d’aspect bientôt