Alors que le 11 juin marque la Journée mondiale du don de sang, la Banque du sang a ouvert ses portes au public aujourd’hui. Avec un double objectif : mieux faire connaître ses activités et sensibiliser les jeunes en particulier. Car jusqu’ici, seuls 2,5% de Mauriciens, soit 42 000 personnes, sont donneurs de sang réguliers. Un taux en-deçà des 5% que recommande l’Organisation mondiale de la santé.

Des collectes de sang ont aussi été organisées à travers l’île, notamment à l’hôpital Victoria mais aussi au Sookdeo Bissoondoyal SSS où, dit Subhanand Seegoolam, « de nombreux jeunes sont très motivés » pour accomplir ce geste. Un fait que le président de la Blood Donors Association ne manque pas de souligner car, dit-il, les jeunes donnent de moins en moins de leur sang.

En moyenne, 150 pintes de sang sont utilisées au quotidien à Maurice, indique Dr Janaki Sonoo, chef de service à la Banque de sang. La demande est toutefois en hausse, dit-elle, en raison de « l’accroissement des services hospitaliers », mais aussi la pratique plus fréquente de certaines opérations, à l’exemple de la transplantation rénale et de la chirurgie cardiaque.

On peut être donneur à partir de 17 ans, à condition d’avoir obtenu un accord parental, et de peser au moins 45 kilos. La fréquence : au moins deux fois l’an, voire chaque trois mois. Le sang est testé pour s’assurer qu’il est sain avant de pouvoir être utilisé lors de transfusions.

Comme l’a souligné Anil Gayan dans son discours, ce main, à la Banque du sang, « la transfusion de sang est un acte qui permet de sauver des vies et qui dépend principalement de la volonté des gens ». Maurice a, par conséquent, pour objectif d’atteindre le taux de « 100% de donneurs volontaires » réguliers d’ici 2020, indique Subhanand Seegoolam. Cela en conformité avec le cadre mondial d’action mis en place par l’OMS et sur duquel Maurice a accueilli, fin mai, un atelier de travail international Asie-Pacifique.

Le ministère de la Santé déploie régulièrement ses caravanes à travers l’île pour des collectes.