Les livres peuvent-ils changer nos vies ? Le Dr Anitah Aujayeb et le Dr Jeevendiren Chemen ont tous deux débattus sur la question ce matin à la Bibliothèque nationale. Cela dans le cadre de la Journée mondiale du livre, célébrée le 23 avril.

Les deux intervenants s’accordent à dire que la lecture doit commencer dès le plus jeune âge et qu’il est de la responsabilité des aînés d’en transmettre le goût aux petits.

Anitah Aujayeb, qui préside le President’s Fund for Creative Writing, a ainsi souligné dans son intervention le rôle des femmes et mères dans cette transmission. Déplorant le fait que leur vie professionnelle vient rogner sur le temps qu’elles peuvent consacrer à la lecture et aux histoires avant le coucher des enfants.

Des initiatives doivent être prises pour faciliter l’accès des Mauriciens aux livres, souligne pour sa part Jeevendiren Chemen, responsable de la School of Indian Languages du Mauritius Gandhi Institute.

Des élèves du London College, du collège MEDCO Bhujoharry et de Port-Louis Nord ainsi que des membres du public ont assisté à ce débat, à Port-Louis.