Les candidats aux élections générales dépendent trop des caprices des leaders de partis politiques. De ce fait, les électeurs sont contraints de voter pour des candidats d’une couleur politique et non pas sur la base de la confiance. C’est dans cet esprit de renouvellement que le Komite 13 Oktob souhaite apporter de nouveaux visages dans la sphère politique.

Ivor Tan Yan, syndicaliste œuvrant aux côtés de Jack Bizlall et membre du Komite 13 Oktob, a expliqué à la presse ce samedi 8 décembre que n’importe qui peut représenter le mouvement aux prochaines élections. Il s’exprimait lors du lancement officiel de ce regroupement.

Pour être un candidat éligible, il faudra récolter au moins une centaine de signatures ou parrainages dans une circonscription. La liste sera téléchargeable sur un site du groupe d’ici janvier 2019. La liste sera ensuite présentée à un comité des sages qui choisira en toute indépendance quel candidat sera aligné aux élections.

Enfin, les candidats et le Komite 13 Oktob se réuniront pour établir leur programme électoral en prenant en considérations les attentes, doléances et recommandations de leurs signataires. Selon Dev Sunassy, ce processus d’opération n’est pas une première. Il est activement utilisé dans plusieurs pays, tels que le Nigéria, le Botswana, la France ou même les États-Unis.

Un tel procédé, explique l’homme d’affaires, facilitera la communication entre les citoyens et les parlementaires.