L’enseignement, l’apprentissage et la formation doivent se faire graduellement si l’on veut que «les gens maîtrisent la langue», a indiqué le Premier ministre, le mardi 27 mars. Cet objectif, dit-il, se concrétise avec l’enseignement du Kreol au primaire et, depuis cette année, au secondaire. Une étape essentielle avant de pouvoir introduire le Kreol comme troisième langue officielle au Parlement, assure le chef du gouvernement.

La maîtrise de la Grafi Kreol Morisien, y compris par «tous les parlementaires», est un point que Pravind Jugnauth a mis en exergue. Citant pour cela Dev Virahsawmy qui, poursuit-il, insiste aussi sur le fait que la langue doit d’abord devenir médium d’enseignement.

Il y a également une logistique à mettre en place, selon Pravind Jugnauth. Comme la formation du personnel qui assure la transcription des débats ou encore le développement d’un logiciel de synthèse vocal.

Pour Rajesh Bhagwan, il faut surtout de la volonté. Le député de Beau-Bassin/Petite-Rivière s’interroge surtout le temps que cela prendra avant que notre «langaz mama» puisse au moins être utilisé à l’oral dans l’hémicycle. Répondant au député mauve, le Premier ministre affirme que la «volonté» est là. Mais qu’il ne peut avancer de calendrier.

A écouter certains «dinosaures» de la majorité s’exprimer sur des radios privées et prendre à contre-pied le Premier ministre, ce projet n’est pas prêt de se concrétiser, a fait remarquer Bhagwan.