Le secteur sucre fait face à une situation «très inquiétante», voire «critique». Pravind Jugnauth ne cache pas ses appréhensions face à un prix du sucre sur le cours mondial qui a dégringolé et qui menace les producteurs locaux.

Ce n’est pas là le seul facteur qui a mené à cette situation, dit le Premier ministre et ministre des Finances. Le régime PTr-PMSD a fauté en ne faisant pas ce qu’il faut pour mettre en place des mesures d’accompagnement pour le secteur, soutient Jugnauth. Alors qu’il y aurait dû y avoir une «deuxième réforme».

La conséquence aujourd’hui ? Les mesures décidées par le gouvernement devront forcément être financées par les deniers publics, relève le Grand argentier.

Le chef du gouvernement préside un comité qui étudie le rapport du Joint Technical Committee. «Nous voulons que le secteur continue d’exister», affirme-t-il. Mais aussi les Independent Power Producers.