Metro Express est le «plus gros projet» depuis l’indépendance. Pas uniquement sur le plan financier, affirme Pravind Jugnauth, mais surtout sur celui du développement pour la population. L’année 2018, soutient le Premier ministre, verra Maurice devenir un «grand chantier». Outre le projet du Metro Express dont les travaux pour la ligne Port-Louis/Rose-Hill démarrent ce mois-ci, ceux concernant la décongestion routière seront aussi enclenchés.

Si l’environnement est aussi une priorité, «nous devons faire des choix difficiles» pour le développement. Celui-ci sera néanmoins «soutenable et durable», assure le Premier ministre, qui semble ici répondre, sans les nommer, aux critiques sur le Metro Express et les bouleversements qu’il entraîne dans son sillage.

Au rang des infrastructures publiques, il faudra également compter avec la construction du complexe sportif de Côte d’Or, celui du nouveau bâtiment de la Cour suprême ou encore de l’hôpital ENT.

Pravind Jugnauth a, en ce 1er janvier, rappelé les priorités de son gouvernement. La première étant l’éducation et la formation. La réforme Nine-Year Schooling est une «réalité», éliminant la «compétition atroce» au primaire. Tandis qu’une formation de qualité, assure le Premier ministre, est assurée dans divers secteurs clés, dont les services financiers, le cinéma et les TIC, pour les jeunes ayant terminé le cycle secondaire et tertiaire.

Les chantiers sont multiples, fait ressortir le chef du gouvernement. Sur le plan économique, le Premier ministre se réjouit que son équipe et lui ont «redressé la barre» et remis le pays sur les rails d’une «croissance plus solide». Celle-ci devrait dépasser les 4% cette année, dit-il, et le chômage passer sous la barre des 7%.

Les quelque Rs 15 milliards d’investissements directs étrangers ainsi qu’un climat de confiance amélioré sur le plan local, notamment, sont gages d’une confiance renouvelée dans le pays, affirme le no 1 du gouvernement. Les réformes annoncées dans le dernier Budget sont «bien avancées», avec entre autres la mise sur pied du Trade and Economic Development Board ainsi que du National Social and Economic Council. Le développement économique, insiste le Premier ministre, doit se faire pour tous.

Assurer une meilleure qualité de vie demeure ainsi une priorité du gouvernement. Abordant le problème d’eau, Jugnauth rappelle le remplacement en cours des tuyaux et promet «encore plus de résultats» dans deux ans. L’instauration du salaire minimum et du negative income tax sont autant d’outils consolidant l’arsenal dans la lutte contre la pauvreté. Tandis que sur le plan des logements sociaux, le chef du gouvernement souligne que les appels d’offres pour 4 000 maisons seront lancés et que des efforts sont aussi faits envers la classe moyenne. L’objectif : «une maison pour chaque famille».

Au chapitre de l’ordre et de la paix, le projet «Safe City» sera déployé cette année. L’installation de plus de 4 000 caméras de surveillance à travers le pays pour aider la police dans son combat contre la criminalité. S’il déplore le nombre de morts sur nos routes, Jugnauth rappelle qu’il incombe à chaque usager de la route de faire preuve de «discipline personnelle».

La lutte contre «mafia ladrog» se poursuivra, avec son soutien plein et entier et, espère le Premier ministre, l’aide de chaque citoyen. Il n’en oublie pas pour autant les usagers de drogue, qui ont aussi besoin de notre aide. Un National Drug and HIV Council sera ainsi mis sur pied cette année, sous l’égide du bureau du Premier ministre. Avec pour mission de sensibiliser, prévenir et réhabiliter.

«Rien n’est impossible si nous sommes solidaires (…) et si nous agissons avec sincérité.» La résolution de Maurice, votée en 2017 à l’Assemblée générale de l’Onu en est l’illustration, dit Jugnauth. Le pays se prépare d’ailleurs pour présenter son dossier à la Cour internationale de justice courant 2018.

Alors que Maurice s’apprête à fêter ses 50 ans d’indépendance, le Premier ministre souhaite «une année prospère dans la solidarité».