L’écriture comme fil rouge d’une vie. Qu’elle aboutisse sur un roman, une biographie ou un documentaire. Alain Gordon-Gentil a cumulé plusieurs vies sur le plan professionnel.

Journaliste et rédacteur en chef du défunt magazine d’investigation Le Mag, il finit en prison pour avoir publié des informations classées secret-défense. Après avoir passé plus de 20 ans dans la presse, l’homme originaire de Pamplemousses se tourne vers une autre forme d’écriture. Publiant essais politiques, romans et biographies, dont L’incarné du voyage, consacré à Sir Gaëtan Duval, chez les éditions Vizavi et Julliard, et réalisant des documentaires, consacrés au peuplement de Maurice, au Mahatma Gandhi, ou encore au chanteur Jacques Brel.

La soirée littéraire qui lui était consacrée à au Centre culturel d’expression française à Curepipe, le 29 mars, se penche sur ses deux aspects.

Pour Yvan Martial, secrétaire général du centre et ancien rédacteur en chef de l’express, l’un des atouts d’Alain Gordon-Gentil est sa vaste connaissance générale et sa culture.

Conseiller culturel auprès de Navin Ramgoolam, alors Premier ministre, de 2005 à 2014, Alain Gordon-Gentil est à l’origine du salon littéraire Confluences. Il a reçu le prix Nicolas Lambert pour l’ensemble de son œuvre journalistique. Il a obtenu le prix Révélations Les Lauriers verts, en 2009, pour son roman Devina.

En novembre 2014, Alain Gordon-Gentil a été élevé au rang de Chevalier des Arts et des Lettres par le ministère français de la Culture. Il a également été fait Commandeur de l’Etoile et de la Clef par l’Etat mauricien.