Participera, participera pas? La Réunion est prête à boycotter les prochains Jeux des îles de l’océan indien (JIOI) qui se tiendront à Maurice en 2019. Mais une réunion extraordinaire a lieu ce mardi 12 décembre, au Hennessy Park Hotel à Ebène, afin qu’un accord soit trouvé. L’article 7 de la charte des Jeux des îles, qui détaille les conditions d’éligibilité pour les athlètes réunionnais et mahorais, sera sur la table des discussions. L’île sœur considère cet article «discriminatoire».

Philippe Hao Thyn Voon Ha Shun, président du Comité olympique de Maurice, concède que l’article 7 «gêne». Mais que le «consensus» et «l’esprit de participation» doivent primer avant tout. Quant à Antonio Gopal, président du Conseil international des jeux (CIJ), il estime que le but des jeux est «d’amener la joie».

L’article 7 prévoit que «seules les îles membres du CIJ sont invitées à participer aux JIOI». L’article controversé fait également mention que les athlètes réunionnais et mahorais doivent impérativement «être licenciés auprès du mouvement sportif de l’île durant trois années civiles continues incluant celle des jeux, et cinq années dans l’île». Ce qui empêche les athlètes licenciés en métropole de pouvoir participer aux JIOI.

Thierry Grimaud, membre du CIJ, et représentant de La Réunion, déplore le fait qu’il n’y a pas eu «d’évolution dans l’organisation administrative du CIJ». Le vice-président du Comité régional olympique et sportif de La Réunion cite une charte «dépassée» qui a besoin de fraîcheur à la veille des 40 ans des jeux.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports Stephan Toussaint plaide en faveur d’une solution «consensuelle» afin d’assurer le bon déroulement des JIOI à Maurice. Présent ce matin à l’ouverture de cette réunion extraordinaire, il indique que toutes les dispositions sont prises pour que tout soit prêt pour la 10e édition des  JIOI.