Pour Jean Claude de l’Estrac, Maurice a su asseoir sa candidature pour la présidence de l’Organisation internationale de la francophonie. Mais la course pour succéder au Sénégalais Abdou Diouf « n’est pas gagnée d’avance » pour autant. Deux autres candidats candidats, Henri Lopes du Congo et Pierre Buyoya du Burundi, se sont en effet déclarés. Jean Claude de l’Estrac estime cependant que jusqu’à novembre, quand aura lieu le XVSommet de la francophonie à Dakar, au Sénégal, un seul nom devrait émerger au niveau de ce continent. La personne désignée fera alors face à la bouillonnante candidate du Canada, Michaëlle Jean.