Dans la foule. A la guitare – ou plutôt, aux deux guitares. Au ukulélé (pour faire paraître ce « petit homme » autoproclamé plus grand qu’il ne l’est). Au clavier, arpentant la scène… James Blunt, ce dimanche soir, semble être partout. Surtout au plus près de ses fans, tous conquis avant même que résonnent les notes de la première chanson. Son unique concert en terre mauricienne s’est d’ailleurs joué à guichets fermés.

Nulle fioriture. James Blunt entre en scène et attaque direct. Enchaîne trois chansons avant de se poser, un peu. Le temps de saluer cette île Maurice pour laquelle, dit-il avec humour, son tour du monde en concerts n’était qu’un échauffement pour des « personnes importantes, vous, ce soir ! ». Et de s’excuser pour le manque d’accessoires. En effet, pas de costumes d’astronautes ni de pyrotechnie, encore moins de « modules lunaires » sur scène – « l’étage » – pour cette escale du Moon Landing Tour, concède le chanteur britannique à l’humour caustique. Et qui s’adresse au public tantôt en anglais, tantôt en français.

Qu’importe. James Blunt, accompagné de ses musiciens Karl Brazil (batterie), Chris Pemberton (clavier), Ben Castle (guitare) et John Garrison (basse), ainsi que de toute son équipe technique, a été efficace. Mieux, il aura transporté son public – « vous êtes des étoiles » –, porté par sa voix, son énergie, son émotion. Mais aussi un bel habillage de lumières, des projections et une sono impeccable.

La fatigue ne se ressent pas. Pourtant, le Britannique s’est produit, vendredi, à La Réunion devant 4 000 personnes. Le 17, il était à Harare, au Zimbabwe. Il a assuré quatre dates en Afrique du Sud, du 11 au 15. Non, monsieur assure le show pendant près de deux heures. S’offrant un bain de foule qui prend de court le service de sécurité. Invitant les gens présents à quitter leurs sièges pour se rapprocher de la scène. « Maintenant, cela ressemble à un concert ! » lance-t-il, visiblement ravi. Une jeune femme aura même droit à un baiser !

Etait-ce pour autant un concert de midinettes ? Si la gent féminine a particulièrement donné de la voix, c’est un public très hétéroclite, venu pour beaucoup en famille, qui s’est déplacé au centre de conférences de Pailles ce dimanche soir. Un public qui apprécie et reprend en chœur les morceaux les plus groovy de même que les ballades plus mélancoliques, soulignées par les nombreux portables allumés. Qui s’amuse des nombreuses boutades de Blunt. Et lui chante « Happy birthday » tandis que lui semble légèrement embarrassé…

Le public est reparti le cœur léger et des étoiles plein les yeux. La fête, pour le Britannique, s’est poursuivie au Long Beach, où logent le chanteur et toute son équipe jusqu’à leur départ. Histoire de marquer, comme il se doit, cette 41année célébrée en terre mauricienne.

La bande reprend l’avion mais ne rentre pas à la maison. Elle compte, en effet, alunir à Dubayy, où un concert est prévu ce mercredi 25 février, puis à Istanbul, en Turquie, où elle se produira deux jours plus tard. Le public aura sans doute des étoiles plein les yeux.