«Dire que rien n’a été fait, c’est quasiment faux.» Roubina Jadoo-Jaunbocus goutte très peu les critiques de Reza Uteem. A Camp Manna, ce matin, où une maison a cédé suivant les fortes averses, le député mauve a déploré l’inaction des autorités quant à la pose de drains dans une région jugée à risque de glissement de terrain.

La ministre de l’Egalité des genres, qui était il y a quelques mois encore Parliamentary Private Secretary pour Port-Louis, explique que diverses démarches ont été entreprises vers la pose de drains. Celles-ci ont toutefois été ralenties notamment à cause de la présence de squatters, dont les maisons devront être démolies, et le fait qu’un terrain privé se trouve sur le tracé des drains.

Lancé fin 2017, l’appel d’offres pour les travaux à Bangladesh et Camp Manna, deux quartiers de Tranquebar, a été non concluant. Ce qui nécessitera un deuxième exercice prochainement, explique la ministre.

Celle-ci est mobilisée dans diverses régions de Port-Louis depuis ce matin. Notamment auprès des sinistrés qui se sont déplacés dans les centres de refuge. Ils étaient quelque 300 au niveau de la capitale, selon un point provisoire à la mi-journée.