Follow Us On

Slider

Allégations de maldonnes, voire de détournement de fonds, relations industrielles tendues… Les six à huit semaines nécessaires pour mettre en œuvre les recommandations de la commission d’enquête Dodin afin d’assainir la situation à l’Irrigation Authority sont écoulées, font savoir la Fédération des syndicats du secteur public, l’Irrigation Authority Employees Union et l’Irrigation Authority Staff Association. Ces syndicats veulent savoir où cela en est, mais aussi que le rapport de la commission soit rendu public.

Après diverses plaintes et allégations au sein de l’Irrigation Authority, le Conseil des ministres a institué le 15 décembre une commission d’enquête. Le comité présidé par Didier Dodin, avocat, avait débuté en février dernier pour notamment faire la lumière sur d’éventuels abus et mauvaise gestion des ressources humaines et de fonds publics, mais aussi sur les tensions au niveau des relations industrielles.

Le compte-rendu du Conseil des ministres du 10 mai prenait note de la mise sur pied, par le ministère de l’Agro-industrie, d’une équipe pour l’application des mesures recommandées par l’avocat Didier Dodin et ses assesseurs. Celle-ci comprend des représentants du ministère du Travail, du Policy Procurement Office, de l’Internal Control Unit du ministère des Finances ainsi que le General Manager de l’Irrigation Authority.

Rashid Imrith, président de la Fédération des syndicats du secteur public, réclame pour sa part la réintégration sans condition de trois employés, que le rapport de la commission d’enquête soit rendu public et que les syndicats fassent partie de l’équipe chargée de mettre en œuvre le rapport Dodin.

«Le problème peut être résolu autour d’une discussion. Si toutefois ce n’est pas le cas, dans 15 jours, nous nous mettrons d’accord sur des actions industrielles afin d’obliger le gouvernement à prendre en considération nos requêtes», a prévenu le syndicaliste face à la presse le mardi 9 juillet, à Port-Louis.

Facebook Comments