L’avocat José Moirt estime que depuis que les pourparlers d’alliance ont été officialisés par le Premier ministre, dans un communiqué de son bureau, Paul Bérenger a perdu le droit d’agir en tant que leader de l’opposition au Parlement. En conséquence, le juriste a entamé deux actions, l’une auprès de l’Assemblée nationale et l’autre auprès du président de la République, afin que Paul Bérenger soit démis de ses fonctions et qu’il soit également contraint de rembourser ses salaires de chef de l’opposition.

Afin de mener à bien cette action inédite au Parlement, José Moirt aura besoin du soutien d’au moins un député de l’opposition. Celui-ci devra accepter de présenter une motion à la rentrée parlementaire du 7 octobre. Dans le cas du président, le juriste estime que le chef de l’Etat peut « agir en son âme et conscience » pour démettre le leader de l’opposition de ses fonctions.