L’écart entre les revenus des ménages les plus pauvres et les plus riches à Maurice s’est creusé, augmentant de 37% de 2001 à 2015. Une situation qui s’explique par l’écart entre les hauts et bas salaires, qui s’est également agrandi, note un récent rapport de la Banque mondiale.

«Maurice : combattre les inégalités en créant des marchés du travail plus équitables» dresse un constat sur les causes de l’accroissement des inégalités des revenus. Et suggère des mesures pour atténuer, voire corriger certaines tendances.

La Banque mondiale identifie ainsi le «skills mismatch» comme l’un des principaux facteurs à l’origine de l’écart entre les hauts et bas salaires. Comment cela s’explique-t-il ? Il y a un manque de compétences pour certains types d’emplois hautement qualifiés, explique Pierella Paci, co-auteure du rapport et présente au lancement, ce 26 mars.

Autre point majeur relevé par la Banque mondiale : les inégalités hommes-femmes qui perdurent, «en particulier dans le secteur privé», note Paci. Etre une femme «est encore un grand désavantage», dit-elle. Une situation notamment due aux politiques en matière d’emploi et de marché de travail, qui doivent être revues. Les experts suggèrent ainsi l’adoption d’horaires plus flexibles.

Le chômage chez les jeunes est un autre aspect sur lequel s’est penchée l’équipe d’experts. Le rapport (en anglais) peut être consulté plus bas.

Interrogé à l’issue de la présentation, le ministre du Travail Soodesh Callichurn dit prendre note des résultats de ce rapport. Le document s’attarde également sur le système de Remuneration Orders, qui établit la grille des salaires et les conditions de travail pour le secteur privé.

Inégalités des salaires à Maurice : La Banque mondiale pointe du doigt le skills mismatch by ION News on Scribd