L’année 2016 a été celle du renouvellement pour le secteur des technologies (TIC) et du Business Processing Outsourcing (BPO). C’est l’avis du Board of Investment (BOI), qui a passé en revue les performances du secteur lors d’une présentation, hier.

Les principales compagnies engagées dans le BPO à Maurice, note le BOI, ont connu une expansion ou se sont diversifiées. L’enjeu : rester compétitif dans un marché en constante évolution.

Les revenus moyens bruts pour l’année écoulée s’élèvent à Rs 21,4 milliards, contre Rs 19,4 milliards en 2014, avec une croissance annuelle moyenne de 6,5%.

Des chiffres qui viennent conforter la position de ce secteur comme l’un des piliers de l’économie mauricienne, a fait ressortir le BOI.

Au niveau du segment ‘externalisation des technologies de l’information’ (ITO), on note une hausse de 3% des compagnies engagées dans le développement de solutions logicielles.

Le BOI note aussi l’émergence des activités multimédia de type réalité virtuelle, design 3D, animation et modélisation.

Le secteur des TIC/BPO emploie à ce jour quelque 23 000 personnes, dont 53% dans le segment BPO.

La France demeure notre principale source d’investissement étranger. Ce qui vient confirmer la « correlation positive entre source d’investissement et capacité langagière », selon le BOI.

Tandis que les Emirats arabes unis, Israël et Dubaï, mais aussi les Etats-Unis et le Canada figurent au rang des marchés émergents.

Certaines tendances relevées en 2016 soulignent l’esprit d’entrepreneuriat qui anime le secteur, dit le BOI, mais aussi le fait que les solutions digitales seront des moteurs de croissance.

Une progression de 35% est ainsi notée au niveau des start-ups du segment ITO. Avec l’adoption de « technologies révolutionnaires » comme le Blockchain et l’Internet des objets.

Photo : Ken Poonoosamy, Managing Director du Board of Investment, et Etienne Sinatambou, ministre des TCI.