«Pas tini dibout». «Bancal». C’est en ces termes que Ram Seegobin, du parti de gauche Lalit, a réagi aux amendements apportés à l’Information and Communication Technologies Act (ICT Act). S’il dénonce la politique de «répression» des Jugnauth, il est d’avis que ce sont surtout les procédures policières qui tirent en longueur qui posent problème dans ce genre d’affaires.

Il s’étonne également que cette nouvelle loi ne vienne pas avec des garde-fous qui auraient pu aider à éviter à des personnes, à l’instar de l’informaticien Ish Sookun, d’être interpellées sur de simples présomptions.