Un an. C’est le temps que le promoteur du Chaland Resort estime avoir perdu à cause des tracas judiciaires des opposants au projet hôtelier. Currimjee Hospitality Management (CHM) se réjouit toutefois que le Tribunal de l’Environnement lui ait donné gain de cause face à George Ah Yan et Bruno Savrimootoo.

Un deuxième cas est en Cour. Cette fois à l’initiative du collectif Aret kokin nu laplaz.

Pour autant, fait ressortir Dinesh Burrenchobay, rien « légalement » ne fait aujourd’hui barrage à la reprise des travaux. Il n’y a pas de Stop Order, explique le Managing Director de CHM.

Il est cependant encore prématuré à ce stade pour avancer une date, dit-il. Toute une série de consultations étant nécessaires, à la fois avec les consultants locaux et étrangers, le constructeur et l’équipe légale.