Les nouveaux prix de l’essence et du diesel reflètent ceux pratiqués sur le marché international. Et Ashit Gungah s’en réjouit. De tels tarifs, explique le ministre de l’Industrie et du Commerce, ne sont possibles que « grâce à la nouvelle formule » mise en place il y a peu. Et qui a permis aux consommateurs de profiter de « deux baisses en deux mois et demi ».

Dans la foulée, Ashit Gungah lance un appel pressant « aux industriels et autres opérateurs économiques » pour qu’ils répercutent la baisse dans les prix du carburant sur leurs produits.

Pour ce qui est du gaz ménager, dont l’ACIM a également réclamé une révision du prix, le ministre de l’Industrie et du Commerce concède qu’il y a, certes, une chute sur le cours mondial. Toutefois, pour qu’elle puisse se refléter dans les prix, cette tendance baissière devra se maintenir et la State Trading Corporation ne plus avoir à assurer de subvention, souligne Ashit Gungah.

Le ministre est, par ailleurs, revenu sur sa participation à la 4Conférence Inde-Afrique sur les hydrocarbures, dont l’objectif avoué est de développer le commerce du gaz et du pétrole entre la Grande péninsule et le continent. L’occasion pour Maurice de présenter son projet de bunkering hub.

La partie indienne « a affirmé son soutien », relève le ministre. « Dans cette perspective, soutient Ashit Gungah, j’ai demandé à ce que cela pris en considération dans le nouveau contrat entre la STC et MRPL (NdlR : Mangalore Refinery and Petrochemicals Ltd). »

Maurice a aussi sollicité l’assistance de l’Inde pour l’achat de deux tankers pour le transport de carburants. Et à l’issue de la rencontre de Gungah avec son homologue indienne, il a été agréé qu’un accord sera bientôt entre l’Exports Inspection Council indien et son ministère. Ce qui permettra d’exercer un meilleur contrôle sur la qualité du riz basmati, tout importateur devant produire un certificat d’authenticité délivré par le Council.