«CEO Moteea esclave board», «Board la poste lakwizin no 2», «Moteea dominer». La manifestation devant la poste centrale visait la direction de la Mauritius Post et son conseil d’administration. Le syndicaliste Narendranath Gopee, président de la Federation of Civil Service and Other Union, accompagné des membres du syndicat de la Union of Post Office Workers, ont brandi leurs pancartes le lundi 3 décembre.

La raison ? Le président de la FCSOU reproche au directeur général ainsi qu’au board exécutif du Mauritius Post, d’avoir suspendu le président du syndicat de la poste, Luximun Badal, de manière «arbitraire et irrationnelle».

Par ailleurs, il a aussi dénoncé haut et fort les «jouisseurs» au niveau de la poste. Il soutient que si l’affaire n’est pas réglée, une manifestation devant le Parlement n’est pas écartée.

Du côté de la Mauritius Post, la direction a, dans un communiqué, confirmé que la suspension de Luximun Badal. Cela suivant un avis légal, en attendant de passer devant un comité disciplinaire. Ce qui lui est reproché ? «Ne pas avoir respecté les dispositions relatives à une mutation professionnelle».