Le Financing of Political Parties Bill sera-t-il introduit à l’Assemblée nationale avant la fin de l’année ? «Je l’espère», a répondu Pravind Jugnauth à Rajesh Bhagwan. Cela dépendra du processus de consultations, notamment si le Conseil des ministres décide de soumettre le texte de loi au public pour commentaires.

Le Cabinet ministériel, a indiqué le Premier ministre, a approuvé les recommandations du comité ministériel sur les questions soulevées par le bureau de l’Attorney General. Celui-ci a d’ailleurs reçu les instructions pour finaliser le projet de loi.

Les recommandations faites en 2016, alors qu’il présidait le comité, ont-elles été prises en considération ? a voulu savoir Xavier Duval. Il y a eu consultations avec d’autres institutions et consultations avec les parties concernées, a répliqué Jugnauth. Qui a révélé, à une autre interpellation du leader de l’opposition, que le comité s’est réuni en 13 occasions, dont une seule en 2017.

Le gouvernement «n’a pas la volonté politique» de faire avancer ce dossier, a contré Arvin Boolell, et use de «tactiques dilatoires». Ajoutant que s’il y a d’abord jugement en faveur de Rezistans ek Alternativ dans le constitutional case contre l’Etat, «nous savons quelles seront les conséquences». Durcissant le ton, le chef du gouvernement a sèchement rétorqué à l’élu rouge que c’est le précédent régime, dont il faisait partie, qui a manqué de volonté politique sur ce dossier.

Son gouvernement réfléchit sur la question de déclaration d’appartenance ethnique, a confirmé Jugnauth à Alan Ganoo. «We know what is the difficulty», a ajouté le Premier ministre.