Follow Us On

Slider

Il est trop tôt pour dire combien coûtera le trajet du «feeder bus», déclare Alan Ganoo. Un «Fare Review Committee» se penche actuellement sur la question, précise le ministre du Transport et du métro léger. «Nous étudions toutes les possibilités», a-t-il encore indiqué ce lundi 13 janvier, à l’issue du lancement du «Passenger Information System», à Port-Louis..

La mise sur pied de ce comité avait été évoquée par le ministre Bodha au Parlement, le 6 août 2019, lors des débats en vue de l’adoption des projets de loi nécessaire en marge de l’entrée en opération du Metro Express. Cette structure est chargée notamment de réajuster les tarifs du métro au besoin.

Trois possibilités sont à l’étude, a indiqué Ganoo ce lundi 13 janvier : un tarif unique peu importe la distance parcourue, une gradation en fonction de la distance parcourue ou alors, le montant du trajet par bus est intégré au ticket du métro.

Une grille tarifaire pour les «feeder buses» avait été publiée sur le site Web de Metro Express Ltd dans le sillage de la conférence de presse du 4 janvier annonçant le début du service commercial. Les prix (enfant et adulte) devaient varier entre Rs 5 et Rs 15 à compter du 1er mars, selon que le passager voyage à bord du métro ou non. Le document a, depuis, été enlevé du Web. (suite de l’article plus bas)

Or, Nando Bodha l’avait affirmé : les  «’feeder buses’ seront gratuits pour ceux qui prendront le métro». C’était à l’Assemblée nationale, le 21 juin de l’année dernière, lors des débats budgétaires (lire le Hansard ici, p. 14).

Les «feeder buses» sont censés acheminés les passagers vers les stations de métro. Il était notamment prévu que ces autobus – qui doivent être électriques, à terme – desservent une vingtaine de lignes dans un rayon de 5 à 9 kilomètres autour des stations, par exemple de et vers Quatre-Bornes, Ebène ou encore Bambous et Albion, avait encore précisé Bodha lors de la même séance parlementaire.

Le gouvernement a ainsi prévu une enveloppe de Rs 100 millions afin de subventionner l’achat de ces véhicules, qui seront 100 à sillonner les rues de Maurice en 2021, lorsque le métro sera opérationnel sur la desserte Curepipe/Port-Louis.

En ce début 2020, le ministre rappelle, pour sa part, que le Metro Express Ltd est une entité commerciale et doit, par conséquent, être profitable afin de pouvoir rembourser ses dettes.

Facebook Comments