L’Extended Programme (EP) mis en place dans le cadre de la réforme éducative vise à mieux outiller les enfants qui n’ont pas obtenu leur Primary School Achievement Certificate à la fin du cycle primaire. Or, les enseignants en charge de ces classes ne sont pas assez formés. Le constat vient de Munsoo Kurrimbaccus (photo), secrétaire général de la Union of Private Secondary Education Employees.

La formation, soutient le syndicaliste, se résume à un atelier de travail d’une demi-journée à l’initiative du ministère de l’Education. L’enseignant, qui anime des classes d’EP, estime pour sa part que ce programme nécessite des mois de travail entre les deux parties. De plus, le curriculum ne prend pas en compte les besoins des enseignants et des élèves.

Pour que l’EP marche, il faudrait réduire le nombre d’élèves dans une classe. Et augmenter le nombre d’enseignants, suggère Kurrimbaccus. Celui-ci était face à la presse, le mardi 8 janvier.