Certes, l’épidémie de peste s’aggrave dans la Grande île. Mais toutes les mesures de veille sanitaire et de contrôle, que ce soit au port ou à l’aéroport de Maurice, sont en place, assure Anwar Husnoo. Le ministre de la Santé s’est rendu à Plaisance, ce matin, pour constater de visu les dispositifs mis en place.

La situation est «grave», reconnaît Anwar Husnoo. L’épidémie de peste à Madagascar est plus virulente cette année, d’autant que c’est la peste pulmonaire, la forme la plus mortelle, qui y sévit et qu’elle a atteint les grandes villes comme Antananarivo. La bactérie se propageant par la salive, les risques de contagion sont bien plus élevés que les deux autres formes de peste. Le bilan à ce jour : 46 morts, indique Anwar Husnoo.

Les autorités malgaches tiendront leurs homologues mauriciennes informées de tout passager présentant des symptômes. Il y a 10 vols par semaine entre les deux îles, avec une moyenne de 100 passagers par avion, précise le ministre.

L’appareil sera désinfecté au départ à Madagascar et à l’arrivée, à Plaisance. Tout cas suspect ou avéré sera pris en charge à l’hôpital de Souillac, indique Anwar Husnoo. Qui déconseille de se rendre en ce moment à Madagascar. S’il n’existe aucun vaccin pour protéger contre la peste, les Mauriciens qui ne peuvent annuler leur voyage peuvent se fournir en antibiotiques au centre de vaccination.

Un Seychellois a été contaminé par la bactérie, a annoncé ce 10 octobre le ministre de la Santé de l’archipel. Par mesure de précaution, sa compagne et leur enfant ont aussi été mis en quarantaine. Air Seychelles a, en début de semaine, suspendu tous ses vols vers la Grande île.