Maurice reçoit le soutien de l’Italie dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Et une enveloppe de 2 millions d’euros pour financer projets et activités qui y sont liés. Ivan Collendavelloo sait déjà à quoi une partie de cette aide sera destinée : l’achat de pompes solaires pour la Central Water Authority, et promotion de l’usage de l’énergie solaire dans l’agriculture.

L’accord-cadre a été signé ce lundi 12 février à Ebène. Il porte entre autres sur la coopération au niveau de la recherche, de l’introduction de nouvelles technologies et de faciliter les joint ventures, notamment pour ce qui est des énergies renouvelables, et le renforcement du réseau électrique pour intégrer les énergies renouvelables.

C’est surtout au niveau de l’énergie solaire que de «bonnes avancées» ont été notées sur le plan local, fait ressortir Collendavelloo, chargé du portefeuille de l’Energie. Mais Maurice doit développer d’autres sources de renouvelables, reconnaît-il. Et de mentionner un «projet pilote» à Souillac, de production d’énergie houlomotrice (celle des vagues) piloté par une entreprise australienne, Carnegie Wave Energy Ltd, avec le soutien du gouvernement australien.

Fin juin 2016, la collecte de données avait démarré suivant l’installation de dispositifs de surveillance des vagues. Une étude qui a duré six mois sur cinq sites au large de Souillac. Les résultats avaient été discutés lors d’un atelier de travail le 25 mai 2017. La compagnie devait par la suite proposer une feuille de route au gouvernement mauricien, une analyse des ressources houlomotrices de Maurice comprenant un site potentiel où installer une centrale électrique de ce type, de même qu’un miniréseau électrique pour une unité de dessallement à Rodrigues.