Il vaut mieux avoir le cœur solide et ne pas être arachnophobe si on habite Goulburn, Australie. Cette petite ville, située à 195 km au sud-ouest de Sydney, a été, début mai, le théâtre d’un spectacle étrange. Des centaines, certains disent des millions, d’araignées tombent littéralement du ciel, selon les témoignages recueillis. Et si certains champs sont tout de blanc vêtus, ce n’est pas à cause de la neige qui serait tombé soudainement mais des toiles que ces petites créatures ont tissées une fois au sol.

Le phénomène est connu sous le nom d’« angel hair », ou « cheveux d’ange ». Celui-ci peut être une technique de dispersion pour de très jeunes araignées en général, explique le naturaliste Martyn Robinson, de l’Australian Museum. Elles lancent leurs toiles dans les airs et se déplacent « en volant », parfois à trois kilomètres au-dessus du sol, ajoute le scientifique. « Elles peuvent voyager ainsi sur des kilomètres », poursuit Robinson.

« Elles volent à travers le ciel et puis on peut voir ces toiles d’araignées qui tombent du ciel, c’est presque comme s’il neigeait », déclare Keith Basterfield, un retraité de la région. Qui précise que le phénomène survient « deux fois l’an, en général quand il fait beau et qu’il y a un peu de vent ».

Les cheveux d’ange peuvent aussi apparaître après une période de fortes averses ou des inondations. « Quand le sol est gorgé d’eau, les araignées qui vivent sur ou dans le sol remontent sur le feuillage pour éviter de se noyer », raconte Martyn Robinson. A la recherche d’un nouvel abri, elles lancent leur fil dans les airs, qui s’accrochent à quelque chose. Elles peuvent alors se hisser hors de l’eau.

Parfois, plusieurs araignées peuvent passer sur le même fil, y rajoutant le leur. Ce qui donne, au final, des fils épais et d’autres, plus fins, qui s’entrecroisent pour former comme un voile.

Sources : Sydney Morning Herald, Goulburn Post, France TV Info

Photo (via www.ntnews.com.au) : Des toiles d’araignées recouvrent des champs déjà North Wagga, en New South Wales, Australie, en 2012.