C’est un Shakeel Mohamed libre mais ému qui est sorti de la Bail and Remand Court, vers 19h20. Presque au bord des larmes, ses premières pensées sont allées vers sa famille. Shakeel Mohamed a aussi remercié chaleureusement ses camarades de parti pour leur soutien. Dont certains, à l’instar de Navin Ramgoolam, étaient présents en Cour.

Le chef de file du Parti travailliste au Parlement a toutefois évoqué les accents politiques de son arrestation. Rappelant, comme il l’a fait  lors de l’audience, qu’il doit intervenir lors des débats sur l’Asset Recovery Bill. Et de lancer : « Larou tourne. Se ki zot inn fer mwa, mo na pa pou bliye. » 

La situation dans laquelle il se trouve, dit Shakeel Mohamed, lui donne « encore plus de courage et de détermination » pour « changer la pourriture qu’il y a à la tête de l’Etat ». C’est juché sur les épaules de ses partisans qu’il a quitté l’enceinte de la Cour de Port-Louis.

L’ancien ministre de Navin Ramgoolam retrouve la liberté contre deux cautions de Rs 100 000 et Rs 20 000, et deux reconnaissances de dettes de Rs 1 million et Rs 100 000 respectivement.

Les quatre charges retenues contre Shakeel Mohamed : conspiracy to commit murder, procuring revolver used in the commission of murder, possession of stolen property carried off, abstracted and obtained by means of a crime et giving instructions to commit larceny of a van whilst being armed of weapon,.

La magistrate Manjula Kumari Boojharut a rejeté les objections formulées par la police pour que Shakeel Mohamed soit maintenu en détention. Et émis un ruling qui égratigne, au passage, les méthodes de la police dans cette enquête. Si les deux premières accusations, considérées comme plus graves, ont été débattues aujourd’hui, le ruling de la magistrate Manjula Kumari Boojharut concerne l’ensemble des charges provisoires.

De l’audience qui s’est tenue aujourd’hui en Cour de district de Port-Louis, il revient ainsi que le Central Criminal Investigation Department s’est basé sur la récente déposition de Swaleha Joomun pour incriminer Shakeel Mohamed. La veuve de Babal Joomun, l’une des trois victimes de la fusillade de la rue Gorah Issac, s’était rendue aux Casernes centrales, il y a quelques semaines. La police s’appuie également sur la déposition de Kadhafi Oozeer datant de 2000.

Répondant à l’avocat du Parquet Jean Michel Ah Sen, l’assistant surintendant de police délégué en Cour a indiqué que Shakeel Mohamed aurait conspiré avec Bahim Coco. Qui, l’a souligné Gavin Glover en Cour, n’est plus de ce monde pour confirmer cela.

Le cadre du parti travailliste s’est dit disposé à remettre son passeport diplomatique aux autorités.