Cela n’a rien de nouveau au Mauritius Social Council Service. Les pratiques douteuses en vue des élections de l’exécutif ont cours depuis plusieurs années, soutient Anooradah Pooran. Elle-même candidate à la présidence, elle soutient que «trois ou quatre» personnes ont été élues chairman avec des votes «kokin».

Pour Saheed Thupsee de l’Aaleemee Society, une réforme du Macoss est essentielle si l’on veut éviter que ce genre de situation ne se répète.

Suivant une polémique autour de pratiques irrégulières, les élections, prévues ce samedi 23 juin, ont été renvoyées.