Le MMM ne se laissera pas entraîner dans le jeu du Parti travailliste au sujet des élections générales. Oui, il préférerait que les législatives se tiennent au plus tôt, affirme Paul Bérenger. Cela ne signifie pas pour autant que l’exécutif et les militants descendront dans la rue pour réclamer ce scrutin, comme le souhaite Navin Ramgoolam.

Les précisions du leader des mauves interviennent au lendemain des critiques du leader rouge quant à la volte-face de Bérenger sur la question d’élections anticipées.

Le leader du MMM est également revenu sur la visite du MMM, le mercredi 9 mai, à la plage de Pomponette. L’aspect sécurité, notamment à cause du risque accru de noyade dans cette région, est ce qui l’interpelle le plus. Bérenger réclame, par conséquent, un select committee, que présiderait le ministre Mahen Jhugroo, sur le sujet. Promoteur, constructeur et ONG, à l’instar d’Aret kokin nu laplaz, pourrait alors déposer tour à tour, dit-il.

Interrogé sur la destruction de la barrière en tôle, le 1er-Mai à Pomponette, et l’interrogatoire, par la suite, de sept activistes d’AKNL et de Rezistans ek Alternativ par la police, Bérenger estime que ces derniers ont toutes leurs chances de gagner. La barrière est «illégale», constate le leader du MMM, car ne respectant pas les limites imposés avec la plage. «Pli ou met li pre ek lamer, pli li enn provokasion pou bann ONG», relève Bérenger.