Les versions de Showkutally Soodhun, affirme Duval, sur les «incidents» au Parlement concernant les propos de ce dernier sur l’Arabie saoudite sont «fausses». Que ce soit à Flacq, où a démarré la polémique sur les menaces de mort du Vice Prime minister contre Duval ; à Phoenix, quelque temps tard, ou à la police, soutient Xavier Duval.

C’est ce qu’il a appris des enquêteurs du Central Criminal Investigation Department ce lundi 4 septembre. Le leader de l’opposition et du PMSD s’y est rendu, ce matin, afin de verser des éléments supplémentaires à ce dossier.

Duval a porté plainte contre Soodhun, notamment sous la Prevention of Terrorism Act, le 21 juillet. Une déposition qui fait suite aux propos du ministre du Logement et des Terres, trois jours plus tôt, et qui déclarait qu’il «aurai[t] tué Xavier Duval au Parlement» si son garde du corps lui avait remis son arme.

Le soir du 21 juillet, Soodhun faisait son mea culpa lors d’une sortie publique à Vacoas. Le lendemain, il se rendait en Inde pour une visite médicale. Le Deputy Prime minister a été entendu par la police à son retour, le 31 juillet.