Avec le retrait annoncé d’Air Asia, les Mauriciens sont les grands perdants car soumis aux « caprices » d’Air Mauritius. Le constat est de Xavier Duval. Pour le leader du PMSD, et ancien titulaire du portefeuille du Tourisme, c’est le « mouvement anti-ouverture du ciel » qui a finalement eu la main haute.

Duval explique qu’« il y a toujours eu une aile contre Air Asia » au sein du bureau du Premier ministre. Le moteur de ces détracteurs : protéger la « vache à lait » qu’est Air Mauritius.

Or, dit-il, en plus de permettre à plus de Mauriciens de pouvoir voyager à bas prix, c’est son propre réseau, surtout le marché asiatique, que la compagnie low-cost avait mis à notre disposition pour le projet de couloir aérien entre l’Asie et l’Afrique.

L’ex-ministre dit espérer qu’Air Asia ne se tournera vers une autre destination de la région, comme Cape Town, ou « ce sera une perte sèche pour Maurice ».

Le leader de l’opposition est aussi d’avis que la réforme électorale à Rodrigues est « inachevée ». Car sir Anerood Jugnauth, alors Premier ministre, avait fait enlever les provisions contre le transfugisme.

Abordant la hausse des prix du carburant, effective depuis le 15 février, il estime que le gouvernement aurait dû réduire, voire enlever les taxes ajoutées à la structure des prix en 2015. Cela afin de réduire le « fardeau » de la population.

Revenant sur l’achat par la Mauritius Duty Free Paradise de biscuits auprès de Rum & Sugar, dont Sheila Hanoomanjee est la directrice, Duval affirme que « c’est une arnaque ». En citant la grande marge entre le prix à l’achat sur le marché local et à la revente à la boutique hors-taxes à Plaisance.

« Le miracle économique se trouve dans le ‘biscuit business’ », a ironisé le leader du PMSD. Qui affirme que la municipalité de Quatre-Bornes B s’est aussi approvisionnée en biscuits auprès de Rum & Sugar.