Il y a, certes, eu des allégations de consommation de cigarettes et de drogues par l’un des accompagnateurs au centre de refuge pour enfants Oasis. Les accusations, datant d’octobre 2017, prétendaient même que la personne en distribuait aux enfants. Mais l’enquête de l’Anti Drug and Smuggling Unit n’a trouvé aucune preuve, a affirmé sir Anerood Jugnauth au Parlement hier. Du reste, le caregiver a été transféré du shelter de Pointe-aux-Sables.

Le ministre mentor ne répondra pas au-delà de cela. Pas quand le député travailliste Osman Mahomed voudra savoir s’il a demandé à l’ADSU d’enquêter sur l’implication d’enfants de 12 ans dans le trafic de drogues. Comme l’affirme l’Ombudsperson for Children Rita Venkatasawmy dans la presse.

SAJ ne répondra pas non plus quand la député du PMSD, Aurore Perraud, s’enquiert de la politique des drogues au centre Oasis. Après avoir été rabrouée par la Speaker sur une question trop générale sur la nécessité d’une campagne sur la question des drogues et des mineurs.