Travailleuses du sexe, femmes violentées par leurs conjoints… Le sort des femmes vulnérables préoccupe Tania Diolle et le Mouvement patriotique. La candidate du parti de la rose a, cet après-midi, rencontré des femmes au centre Nelson Mandela, à Quatre-Bornes, pour expliquer ce qu’elle compte faire pour elles.

Il faut parler ouvertement de la prostitution, estime Diolle. A la fois pour parler de ces femmes qui  s’y adonnen parce que tellement vulnérables, mais aussi à cause des problèmes de sécurité qui découlent de cette pratique.

Les auteurs de violence domestique, hommes ou femmes, devraient suivre des séances de counselling, affirme Diolle. Tandis que les hommes condamnés pour des actes graves envers leurs partenaires doivent passer par la case prison. La candidate du MP propose cependant que dans des «cas spéciaux», une permission spéciale soit accordée au détenu afin qu’il puisse travailler, et ainsi assurer la stabilité financière de la famille.

L’aménagement des villes est l’autre sujet abordé. Les trottoirs occupés par les véhicules ou les marchands ambulants laissent peu de champ aux mères qui souhaitent sortir avec leurs enfants, déclare Diolle.

Le MP a enchaîné cette session de femme à femmes avec la présentation de son «programme pour un renouveau». Parmi les 12 points :

  • une meilleure représentativité des femmes et des jeunes, qui composeront 50% de la liste des candidats du parti de la rose aux législatives ;
  • une réforme des institutions et de la Constitution, avec notamment une limite de deux mandats pour le Premier ministre et le droit de vote à la diaspora mauricienne.