Il ne restait plus que huit pigeons des mares, le fameux Pink Pigeon, à Maurice au début des années 90 et l’espèce était vouée à l’extinction. Grâce à divers programmes de conservation, la population est désormais estimée à plus de 400 individus, ce qui le fait passer au statut «en danger».

Vikash Tatayah, directeur de conservation à la Mauritian Wildlife Foundation (MWF) explique qu’il faut désormais éviter la consanguinité parmi cette population, ce qui favorise un fort taux de fécondations inadaptées pour la survie de l’espèce. Plusieurs œufs n’éclosent pas et les pigeons deviennent davantage vulnérables aux maladies.

La solution, selon Vikash Tatayah, est de rapatrier les espèces envoyées en Europe afin de diversifier le réservoir génétique du pigeon des mares resté au pays. Une telle initiative ne pourra qu’aider l’espèce à mieux se multiplier.