Ils souhaitent que leurs soins se poursuivent au Centre de cardiologie de Pamplemousses. Ces patients, réunis au sein de l’Association Bien-être des patients, a dénoncé l’attitude jugée cavalière de leurs médecins traitants dans les hôpitaux régionaux où ils suivent actuellement leur traitement.

« Nou viktim, nou pa kapav sibir sa fason tret nou », s’est insurgé Kamraz Ortoo, président de l’association.

Au ministère de la Santé, on explique que la décision de référer ces patients au service de cardiologie des hôpitaux régionaux dans leur région a été prise dans leur l’intérêt. Cela afin de leur éviter de longs trajets. La qualité des soins, fait-on ressortir, est « quasiment la même ».

Les membres de cette association, avance pour sa part Vijaya Sumputh, ne sont pas des « direct patients ». C’est-à-dire, c’est sont des patients qui sont déjà soignés au niveau des établissements de soin régionaux. Leurs cas ont été référés au Centre, poursuit sa directrice, où ils suivent un traitement pendant six mois, selon le protocole en place. Au terme de cette période, ils poursuivent leur traitement auprès des hôpitaux.

Cette procédure, souligne Vijaya Sumputh, permet au Centre d’accueillir d’autres malades.

L’Association Bien-être des patients réclame également la réintégration du Dr Deshmukh Reebye, qui a été le médecin traitant de ces patients. Le cardiologue, qui exerce aussi dans le privé, n’est plus rattaché au Centre de cardiologie depuis la mi-mai.

Selon Kamraz Ortoo, le Dr Reebye a été congédié sans ménagement, à cause d’un différend avec la directrice du Centre de cardiologie. « Totalement faux », affirme Vijaya Sumputh, qui trouve « malsain » que ces patients tentent de « créer une polémique ».

Le cardiologue, explique la directrice, a passé l’âge de la retraite. La décision de se passer de ses services date de l’année dernière, poursuit la directrice, et lui avait été communiquée. Son contrat était d’ailleurs renouvelé sur une base mensuelle.

Nous n’avons pas pu joindre le Dr Reebye pour un commentaire.