Le glissement de terrain survenu dans la nuit du 23 juin sur une partie de la route Terre-Rouge/Verdun démontre que « le site est très compliqué et très dangereux », affirme Nando Bodha. Le ministère des Infrastructures publiques a donc demandé à des experts de la firme sud-africaine ARQ Engineering Solutions d’estimer les risques d’éboulement éventuel. D’autant que ce tronçon de Ripailles se situe dans les 5 km de la quatrième phase de la route Terre-Route/Verdun et que des travaux y sont en cours.

Suite aux incidents d’il y a deux semaines, ce sont près de 5 000 tonnes de boue et de pierres qui ont dû être évacuées du site, indique le ministre. Un « bilan » qui aurait pu être beaucoup plus lourd si le glissement de terrain était survenu en pleine journée. « C’aurait été un massacre », a souligné Nando Bodha.

Marie Besson et son collègue soumettront leurs recommandations d’ici la semaine prochaine.