La liste de ses griefs est longue. Mais, assure le Managers of Private Secondary School’s Union (MPSSU), ses membres ont l’intérêt de leurs élèves à cœur. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils s’inquiètent du niveau de ceux intégrant le collège. Certains sont «analphabètes», affirme Clément Wong. Le trésorier du syndicat s’interroge ainsi sur le travail effectué en classe au primaire.

Le syndicat, qui regroupe 25 collèges, souhaite aussi que des élèves n’obtenant que 3 credits aux examens du School Certificate de cette année bénéficient d’une «dérogation». Pas tous, seuls ceux ayant 19 ans l’année prochaine car autorisés à poursuivre leur scolarité dans un collège jusqu’à 20 ans. Le ministère de l’Education exige 4 credits à partir de 2019 pour être promus en Lower Six.

Le MPSSU déplore, par ailleurs, le manque de considération de la Private Secondary Education Authority (PSEA) à son égard. «La PSEA ne nous reconnaît pas», fait ressortir Ram Mangar en citant les réunions auxquelles le syndicat n’est pas invité ou les lettres soi-disant égarées…