Elles sont sans toit. Car elles sortent de prison. Ou encore, parce qu’elles ont atteint leurs 18 ans, elles ne peuvent plus être hébergées au sein de SOS Village. D’autres ont subi des violences… Ces femmes à qui la vie ne fait pas toujours de cadeau peuvent trouver refuge auprès d’Un abri pour elle.

La maison d’accueil peut accommoder une quinzaine de femmes en difficulté. Mais aussi leurs enfants, pour celles qui sont mères. Ils y retrouvent une structure, une routine, un endroit où le quotidien peut être « normal » au lieu d’être en mode survie. Le temps qu’elles prennent des forces, se remettent debout, reprennent confiance et le combat pour trouver un travail, un toit permanent, de quoi le meubler et en faire un foyer…

C’est dire si le soutien apporté par Un abri pour elle est précieux. D’autant qu’une telle structure pour femmes n’existait pas il y a un peu plus d’un an.

Ici, elles sont accompagnées dans toutes leurs démarches, soutenues psychologiquement. Souvent, elles doivent tout recommencer de zéro pour se construire une autre vie. Mais il y aussi les besoins quotidiens.

L’abri reçoit en général des dons qui couvrent les besoins en nourriture et vêtements. Des citoyens, regroupés grâce au Ripple Project, s’attachent, pour leur part, aux produits d’hygiène, tout aussi nécessaire mais auxquels, souvent, on ne pense pas.

Durant le mois de janvier, Djemillah Mourade s’est attelée à faire la collecte de déodorants, de serviettes hygiéniques, de savon, de brosses à dents… La jeune femme, mère elle aussi, a rallié ses amis, ses collègues qui ont, à leur tour, interpellé d’autres personnes. Elle se prépare à livrer, ce samedi 27 janvier, les « hygiene bags » ainsi composés.

Ce n’est là, elle l’espère, qu’un début. Car comme pour les vêtements et la nourriture, les produits d’hygiène sont aussi des articles essentiels. Surtout, Djemillah Mourade entend fédérer les gens autour d’actes citoyens.

Infos pratiques

Pour contacter The Ripple Project, écrire à [email protected] – T: 58.02.60.89

Sur les réseaux sociaux (cliquez sur les icônes):