Depuis hier, la polémique enfle sur le réseau Facebook. Un appel au boycott des célébrations du 12-Mars par les artistes a été lancé. Et déjà, des noms connus de la scène locale se sont dit solidaires.

Alain Ramanisum, Eric Triton, Linzy Bacbotte, Désiré François, Mr Love ou encore Lin du côté des chanteurs, les frères Joseph qui sont danseurs, sont quelques-uns des artistes solidaires de ce mouvement, selon les initiateurs.

Qui sont derrière cette action ? Le producteur Percy Yip Tong, l’artiste et animateur Bruno Raya ainsi que Stephan Jauffret-Rézannah, manager d’artistes. Ce dernier dit que le mouvement se veut un « front commun » des artistes. L’enjeu : le respect des droits des artistes.

« Près de 49 ans après notre accession à l’indépendance, rien n’a changé ! » s’exclame Stephan Jauffret-Rézannah. « Il y a eu promesses sur promesses mais dans le concret, rien. »

Le directeur de Jorez Box précise que l’appel au boycott ne vise pas le ministre Roopun, en charge des Arts et de la Culture. « Nous remettons en cause la politique culturelle de l’Etat. »

Il pointe du doigt les nombreux dossiers remisés au fond d’un tiroir, comme celui d’un stade de la musique, promis par Mookhesswur Choonee et repris par Dan Baboo mais qui n’a pas avancé d’un iota. Ou encore le High Powered Committee sur les amendements à apporter à la Copyright Act, institué en janvier 2016 après la protestation des artistes mais qui n’a toujours pas abouti. Du reste, après quelque temps de silence, dit Jauffret-Rézannah, une énième réunion du comité a été convoquée pour demain.

Il salue le travail initié dans le cadre de la rédaction d’un Status of Artist Bill. Des ateliers de travail avec une experte de l’Unesco [vidéo à venir] ont eu lieu depuis environ deux semaines et les échanges ont été intéressants. Mais Stephan Jauffret-Rézannah en peut s’empêcher de s’interroger : et si le rapport qui découlera de ces sessions finissait aussi au fond d’un tiroir, à l’exemple du White Paper de l’Unesco, en 2014, sur la situation des artistes à Maurice.

En conférence de presse aujourd’hui, Pradeep Roopun dit comprendre la « colère » et la « frustration » des artistes. Mais pas le « rationale » dernière l’appel au boycott. S’il estime qu’il y aurait dû avoir « concertation » des artistes avec son ministère, le ministre avance cependant que, « peut-être », les « torts sont partagés ».

Roopun réaffirme sa détermination à « apporter un nouveau dynamisme » à ce ministère. Et prône le dialogue. Il le reconnaît toutefois : de nombreuses questions doivent être traitées. Mais « on ne pourra pas trouver de solution avant le 12 mars », prévient-il, à des dossiers qui remontent, pour certains, à des années.

Percy Yip Tong Bruno Raya et Stephan Jauffret-Rézannah animeront une conférence de presse, demain, à la mi-journée.