Aspirants étudiants en médecine, ceci vous concerne. A compter du 1er janvier 2017, seules 198 universités seront reconnues par le Medical Council.

Ceux qui se risquent à s’inscrire à des institutions ne figurant pas sur la « closed list », prévient Anil Gayan, le feront « à leurs risques et périls ». Car ils ne pourront pas se faire enregistrer comme médecins à leur retour au pays, ce vendredi 16 septembre.

Une dérogation sera cependant accordée aux aspirants médecins inscrits actuellement à des universités non reconnues. Une mesure exceptionnelle, insiste le ministre de la Santé, afin de ne pas les pénaliser injustement.

Le ministre de la Santé a aussi annoncé la tenue d’examens obligatoires afin d’obtenir le « pre-registration ». Ces épreuves seront préparées par le National Board of Examination de l’Inde pour obtenir leur « pre-registration », a affirmé Anil Gayan.

Autre examen en vue : celui destiné à sélectionner les 310 médecins additionnels requis car le shift system sera étendu à tous les départements des services hospitaliers publics.

Introduit sur une base pilote au service des urgences depuis avril dernier, le système de rotation est décrié par certains syndicats qui souhaitent une révision des conditions de travail, notamment des semaines de 40 heures.

Pour Anil Gayan, « le projet pilote a très bien marché ». La Public Service Commission procède actuellement à la finalisation du scheme of service et le ministre de la Santé espère rapidement lancer le processus de recrutement.

Enfin, médecins et dentistes devront, eux aussi, obligatoirement se soumettre au Continuous Professional Development. Une formation qui leur permettra de se perfectionner et de se familiariser avec les avancées dans leurs domaines.

Il en sera de même pour les pharmaciens dès l’année prochaine.