Les autorités ne relâchent pas la pression. Des sanctions plus sévères punissant les délits routiers sont annoncées à compter du 1er octobre. C’est ce qui ressort de la troisième réunion de la National Road Safety Commission.

Une base de données répertoriant les véhicules mais aussi les chauffeurs est aussi en projet, a indiqué le ministre du Transport Nando Bodha. Elle comprendra l’historique du véhicule et sera accessible à la police, aux assureurs et à la National Transport Authority.

Les opérations crackdown se poursuivront, a ajouté Bodha. Qui souligne l’importance du volet éducation pour faire évoluer les mentalités sur les routes.