La première ligne du Delhi Metro est entré en opération en 2002. Quinze ans plus tard, la phase 3 du métro léger de la capitale indienne devrait être opérationnelle d’ici septembre de cette année.

La compagnie pense que son expertise pourra servir au projet mauricien. Des discussions préliminaires ont d’ailleurs été amorcées, l’année dernière, pour que le Delhi Metro Railway Corporation soit chargée dans un premier temps de la gestion du système ainsi que de la formation du personnel.

Aux journalistes mauriciens présents à Delhi cette semaine, Anuj Dayal, Executive Director – Corporate Communication du Delhi Metro, assure que les coûts opérationnels du projet ont été amortis en cinq ans. Celui-ci était, à ses débuts, la cible de vives critiques, le projet étant considéré comme un « éléphant blanc » et un « gaspillage d’argent ».

« Les critiques se sont tues aujourd’hui », note Anuj Dayal. Les avantages du projet sont multiples, assure-t-il. Avec des baisses notables du nombre d’accidents, du taux de pollution ou encore des frais de réparation des routes.

Les journalistes mauriciens ont eu droit à une visite guidée non seulement d’une des lignes du Delhi Metro mais aussi de la salle de contrôle.