Le leader du Comité social chagossien s’est éteint, ce jeudi 13 octobre, à l’âge de 73 ans. La communauté chagossienne, mais aussi tous ceux engagés dans la lutte pour les droits humains, perdent « un combattant, un frère ». Ainsi réagit Olivier Bancoult, leader du Groupe Réfugiés Chagos, suite au décès de Fernand Mandarin.

Militant de la première heure de la cause chagossienne, Fernand Mandarin est natif de l’archipel : il vient au monde, en 1943, sur l’île de Peros Banhos.

Emmanuel Richon, conservateur du BluePenny Museum, lui consacre un ouvrage, paru en juin dernier. Dans Retour aux Chagos ! Fernand Mandarin raconte, ce dernier revient sur ses années et la vie sur l’île, sa famille… Sur ce qu’il a laissé malgré lui, là-bas, depuis un demi-siècle.