Le nom d’Ashit Gungah a été évoqué, cette semaine, dans le cadre de l’enquête sur divers trafics à la National Transport Authority. Si le principal intéressé dit n’avoir rien à se reprocher, Paul Bérenger soutient, pour sa part, que d’autres hautes personnalités sont impliquées. Et de mentionner « un ministre, un fils de ministre », de même qu’une « haute personnalité féminine ».

Le leader du MMM estime ainsi que « certaines décisions » prises, cette semaine, par le Commissaire de police par rapport à cette enquête, ne relèvent pas de la « coïncidence ». Bérenger dit toutefois accorder « le bénéfice du doute » à Mario Nobin. Tout en espérant qu’il n’y aura « pas de cover-up ».

Maya Hanoomanjee a, de nouveau, été la cible de vertes critiques du leader des mauves. Celui-ci est revenu sur la question des voyages parlementaires que « monopoliserait » le MMM. Document à l’appui, Bérenger a expliqué que les députés travaillistes ont aussi effectué plusieurs missions à l’étranger. Preuve, dit-il, qu’en tant que leader de l’opposition, il a fait preuve de « fair-play ». Mais que dans le cas de la participation d’Adil Ameer Meea à la prochaine rencontre prévue par l’International Parliamentary Union en Zambie, en mars prochain, la « continuité » aurait dû primer.

Paul Bérenger a, toutefois, refusé de faire de commentaire sur l’intervention qu’a subie le Premier ministre en Inde, cette semaine. Se contentant de dire qu’il revient à « chaque responsable politique de décider de son comportement quand il est question de sa santé ».

Il a aussi été question, durant la conférence de presse hebdomadaire du MMM, du projet de loi que compte introduire Prem Koonjoo pour interdire la pêche dans le lagon. Ainsi que de la situation des petits planteurs qui ont souffert des récentes inondations.

Photo : Paul Bérenger (au centre), entouré de Rajesh Bhagwan et d’Ajay Gunness durant la conférence de presse du MMM à l’hôtel Hennessy Park.