« Je prendrai les décisions qui s’imposent. » A sa sortie de la Cour intermédiaire, à la mi-journée, Pravind Jugnauth a été très bref. S’il se dit « extrêmement déçu » de sa sentence – les magistrats Ramsoondar et Neerooa l’ont trouvé coupable de conflit d’intérêts dans l’affaire Medpoint –, il ne compte toutefois pas se prononcer avant d’avoir eu des « consultations ». Il devra d’ailleurs attendre que sa sentence soit prononcée, ce jeudi 2 juillet, avant de pouvoir interjeter appel.

Dans leur verdict, les magistrats Niroshini Ramsoondar et Azam Neerooa jugent que le délit de conflit d’intérêts est commis dès lors qu’un accusé se place dans une situation où sa fonction entre en conflit avec ses intérêts personnels ou semble l’être. « The appearance of influence or perception of bias is sufficient to constitute the offence of conflict of interest », écrivent les magistrats.

Dans le cas de l’affaire Medpoint, estime la Cour, Pravind Jugnauth s’est retrouvé en situation de conflit d’intérêts quand il a approuvé la réattribution des fonds à la clinique Medpoint au sein de laquelle sa sœur avait un intérêt personnel.