Le comité tripartite sur la compensation salariale a démarré ses travaux aujourd’hui. A l’issue de cette première séance, les uns et les autres se montrent plutôt réservés dans leurs commentaires. Les choses sérieuses démarreront, en effet, le mardi 7 octobre prochain, avec la tenue du comité technique. C’est là que l’on devrait notamment apprendre le montant que réclameront les syndicats.

Pour Rashid Beebeejaun, qui assure la suppléance en tant que Premier ministre en l’absence de Navin Ramgoolam, tout s’est « très bien » passé. Les discussions, précise-t-il, ne se sont d’ailleurs pas cantonnées à la question de la compensation.

« L’important, c’est l’économie en berne », insiste Vincent d’Arifat. Le président de la Mauritius Employers’ Federation brosse un tableau sombre de l’économie locale et internationale tandis que le syndicaliste Ashok Subron a, pour sa part, souligné que la « compensation salariale devrait être un réflexe ». Rashid Imrith, qui représente les employés du secteur public, a lancé un appel pour une compensation de « 24 mois » selon ce que recommande le rapport Manraj.

Pour Shakeel Mohamed, ministre du Travail, les « différences d’opinion » tout comme « le consensus » sont possibles.